Anglais

You had run away from home this evening after your father had yelled at you for something you had done at school. It was his typical reaction for your entire life, even now in your senior year of high school. He would berate you for doing something wrong, not succeeding in your studies or doing something that you weren’t supposed to. Even if you were typically a model daughter, he couldn’t seem to ever be proud of you. At least that’s the way it seemed to you. And so you had stormed out of the house and run into the woods in your back yard. You had run blindly and had gotten lost. You were cold, scared and tired but you had found a path and were following it, hoping it would lead you somewhere. You had no idea that there were caverns here but below you was one of many passages and caverns under the woods. It was getting late and you were beginning to wonder if the path would lead you somewhere that would take you home to your father where you would apologize for running away. You look over your shoulder for a moment and don’t see the slope at the edge of the path. Your foot slides out from under you and you do the splits and cry out in pain as your pussy hits the ground. Your body pitches forward and you slide down the embankment. You see the thicket of brambles just before you hit them, raising your arms to protect your face. Sliding faster down the slope your arms get cut as the thorns tear into your clothes, arms and thighs. You feel yourself falling and then land with a heavy thud that knocks the wind out of you. You struggle to get your breath back for a few seconds and finally manage to get your breathing under control. You take stock and realize that your clothes are torn to shreds, the top of your shirt barely clinging to your shoulders and the rest torn away. You thighs hurt as you run your hands over the myriad cuts and scratches. Your pants are torn, the legs gone. You look up and see both pant legs snagged on some brambles above you. You stand carefully and feel what’s left of your pants fall to the ground along with the tatters of your panties. You stand there practically nude save your low top keds which cling to your feet but only barely. You take a step and walk out of your shoes as the tops fall apart. You feel the cold hard dirt under your foot as you sigh with resignation at your situation. You take off the other shoe, as it just feels weird walking with one shoe on and one missing. Your scrunch your toes and feel the dirt bunch with them. You look up finally trying to figure out where you are. The tunnel is long and dark, damp and even colder than the woods above. It was super dark and you could only see a few feet in either direction. Scared and exhausted you picked a direction and hoped that you were going the right way. At some point the ground softened and became muddy. Mud squeezed through your toes with each step and eventually when you lifted your foot mud stuck between your toes to be pushed out with each step. You walk for what feels like forever and are about to turn around try the other way when you see the light… As you draw nearer you realize it is shining in the eyes of a monster. You turn and try to run back the way you came and you scream as you see another monster's eyes closing in. I had come to 'assist' you and my pets had you cornered in this muddy section of the tunnel. You were trapped and you knew it but you were desperate to get away. The lights had you frightened out of your mind and you weren't seeing how big they were. You saw the gap between one of their legs and ran toward it. You ducked to try and get under the thing and slipped, sprawling head first into the mud. You slid a few feet and noted the change in light, or more specifically the lack of light, and knew you were underneath the thing. You heard the slurping of mud as it began to move to try and keep you in front of it and you rolled over, your developing body covered in mud. As soon as you were on your back you saw its foot coming down toward you. You knew it was going to step on you and you screamed. It was a primal scream that was music to my ears. I knew what was coming and I could stop it, but I had always wondered what would happen if they stepped on someone. You watch as time slows to an absolute crawl. You body alive with fear and adrenalin. Your body reacted in a way you couldn't understand, the fear hardening your nipples. You were embarrassed by the reaction not at all comprehending what was happening. You had just begun to discover your body and knew that they would get hard when you felt good down there, but this didn't feel good so why was it happening. The center of the monster's foot contacted your body right at the V of your pussy lips and pressed down. With time moving slowly you felt it press against your clit and you felt a rush of pleasure. The pleasure lasted for no more than an instant but that instant fought with your mind in a moment of confusion and utter disbelief. It felt like when you played with it at night, but you weren't playing with it your hands were flailing about trying to push the foot away from you but there it was no use, pleasure burned between your legs as you felt the rest of the foot spreading across your lower body. The enormity of it hit you quickly as you felt the edges of the round stub like foot just above your knees and almost up to your belly button. As the foot came down further it felt like someone was grinding into your clit and the rest of your lower belly all at the same time. Something about it felt strangely good until the weight begin to press you into the mud and your belly was being pressed down harder and harder. You felt your insides push away from the foot and the pleasure in your nub turned to pain as if someone pressing harder and harder into your clit. Your skin pressed in farther as the massive weight of the monster came to bear. You began screaming again feeling a pain you had never known. Your clit was being crushed and was the center of your pain, but you belly was starting to complain at the weight as well. Your intestines were being pushed up into your chest cavity making breathing difficult. Your scream lessened slightly as it was harder to get air into your lungs and push it out again. Moments later and your hip bones felt the weight too. This had a momentary blessing of taking some of the crushing force off of your clit as it spread to other parts of your body but the reprieve was temporary. Weight increased on your hips and now your leg bones as well. The weight increased until you could once again feel the overwhelming crushing force of the foot against your clit and your screams renewed. The mud was squishing up around your sides as the weight pushed you deeper into the mud. You feel the mud come up between your ass cheeks and up your crotch as you continue to sink further into the mud beneath you. You hips are now on fire as the foot continues to crush your body. The foot twists slightly as the monster shifts its weight, grinding into your clit and your hips. The pressure continues to build and your screams are raw and primal. You feel your belly squish even more, pushing your organs and intestines further up your body crowding your lungs even more. You feel your hips crack and chips of bone come away from your pelvis tearing muscle as your hips begin to break under the weight. You feel like your guts are going to break free of your sides as they have nowhere else to go, your scream is silent as you can't breathe, due to the pressure in your belly. Your hips crack again and then fail. What takes a fraction of a second feels like an eternity as your hips give way, cracking and crushing under the weight of the monster. You feel muscles tear as the broken bone cuts through it causing white hot pain to shoot through your hips. Your eyes grow wide as the pressure increases in your belly tenfold. You feel the foot driving into you even further causing bone fragments to grind against each other. Your clit has a constant pressure as if someone parked a truck on it. Your hip punctures out of your side and with all the pressure behind it the puncture rips you up to your ribs, your internal organs squirting from your body. You gasp as the pressure is vented off of your lungs. Your screams renew, a primal scream born of a pain no one should ever experience and yet you are experiencing it. You feel your leg bones begin to crack under the weight now that your hips and pelvis are out of the way. You still feel the incredible weight on your clit as everything around it is crushed. You can feel your guts running out the tear in your side as the weight of the foot pushes even more of your insides out of your body. Finally you feel the top of your belly press against your back and your hips begin to further grind together tearing more and more muscle tissue. Your feel pressure on your clit from both sides now as the foot continues to press down on it and finds bone and other tissue underneath it. Your scream turns visceral as you feel the small nerve cluster getting crushed under the massive foot. Bone fragments pierce your clit in multiple places sending the worst pain yet through your body. The pain doubles as the nerve cluster is finally squashed flat and torn to ribbons by the bone fragments and crushing forces. There isn't a bone in your midsection that is more than simple paste as the foot finally squishes in the mud on either side of your body. Everything under the foot is compressed and ground up by the sheer weight of the monster. Blood, guts and flesh squeeze out from under the foot as the weight seems to seal every open wound under it. Adrenaline and the extreme pain mix together keeping you awake and able to feel everything. You hear my voice but your brain is so overloaded with pain that you don't understand a word as I tell my pets to leave. The monster on top of you lifts his foot and walks away. As the foot leaves your body you feel no relief, the damage is well passed done at this point and even though you no longer feel its crushing weight on you there is no relief for the pain that already exists. You can't comprehend why you are still awake, but you scream hoping that death will come and take you and mercifully end your suffering. I step closer and look at the mess that was once a very pretty young girl, and while your face is still pretty, your pussy, hips, belly and even your legs are just a mass of bloody tissue. I'm surprised you survived this myself but I enjoy the sound of your screams in my ears as I bend my knees and reach out to touch your mostly undefiled chest. The skin of your belly tore from your ribs, leaving a jagged edge along your lower ribs. Your underdeveloped breasts are untouched and I reach down and caress them softly as if to sooth your pain. It's just another sensation, and so dim that it hardly registers in your brain as I run my hand over the intact portion of your upper body. You lie in a pool of your own blood and guts, a mess, a dead body that doesn't have the sense to know it yet. You see my face pass before your eyes as I look into your pain filled eyes. I can see the life fading slowly from your pretty green eyes, and look at the mud that is mixed with your pretty red hair. You are screaming in pain, agony beyond measure and I close my eyes for a moment to revel in the sound of pure unadulterated agony. I open my eyes and look at you, such satisfaction in the amount of pain you are feeling. I had plans for what I wanted to do to you tonight, but none of them were quite this gruesome or horrific. None would have held a candle to this experience. In a way my clumsy pet had given me the perfect gift. Now I squat down and look at the pained expression on your face. You feel the breeze in the corridor wrap around your naked body and up into your chest cavity. The feeling of air on the outside of your lungs, but inside your chest is an odd, cooling sensation that seems to make a small bit of the pain fade, but a new burning sensation take its place as the breeze dies. I reach down and grab the side of your belly where it burst at the pressure and pull it open to reveal more of your guts squashed flat by the weight. I see your spine sunk into an impression, your skin folded in on itself as the mud formed around your spine under the weight. The good news for me is that the mud effectively protected your spine and the spinal column. The air on your exposed guts still attached to your body burns. Your feet jerk and spasm, but your hips are so crushed it’s from misfiring signals in nerves damaged beyond function. I start picking at your hips looking for various parts of your body I might be able to identify. I pull bits of bone and tissue from the mess… skin attached to various muscle groups that look like someone hit them with a tenderizing mallet. The nerve endings are still there and every bit of flesh and gore I pick up sends new waves of pain to your brain. Your arms begin to flop about as your brain begins to overload with the sensations. You feel me picking through your pelvic region and everywhere I touch and pull bits of you from your body you feel another stabbing pain and your scream renews. You feel me pull a chunk of skin that was your mons away from your body and you see the skin fly over you as I toss it over your head. I find your ravaged clit which is still on fire and start poking at it. More pain shoots through your mind and you are almost lost to it. Your world is nothing but pain, your eyes closed and your brain refusing to process any other signals. You know you are screaming as you can feel your raw throat, but you can’t hear it. You are breathing in so rapidly through your mouth so you can continue screaming you can’t smell the coppery scent of your blood or the scent of your intestines. I squeeze your clit as if to pick it up, but it is so torn that I don’t bother, playing with it and poking it enjoying the music that I am creating. Your voice is beginning to get hoarse but your screams are so powerful that it just takes on a bit of a raw rasp. It’s too much fun to stop playing with the nerve cluster I had been sure would have been severed but clearly is not. I pinch it and push at it, poke and prod the nub that is no longer protected by a hood or any other distinguishable part of your body. I marvel at the fact that you can clearly feel what I am doing despite the damage to your body. Even the fact that you are still awake is impressive. As your scream becomes even more and more hoarse I finally stop playing with your clit and move back to kneel above your head. I stroke your cheek gently soothing you as if you would get better. I look down at your legs and see that your feet are still twitching as nerves closest to the damage seem to trigger more and more false signals. I watch as your eyes roll up into the back of your head and your upper body begins to convulse. Your mind has just about given up and let go of life, but it seems to be fighting for one last moment of survival. The pain is fading as your system shuts down. One more spike of pain pierces the fog as your body starts to convulse and raw tissue is aggravated with the motion. You feel your lungs spasm and air is pushed from your lungs and your heart flutters. Your chest is on fire as your heart begins to shutdown, your lungs burn with a desperate need for oxygen. You will your mind to give up and it just won’t do what you ask. You just want it all to end, why can’t it just end. You convulsions slow and I watch as your chest relaxes and a death rattle escapes your lungs. For a few moments your body tries to breathe in but your lungs just aren’t working anymore so you look like a fish out of water, your mouth opening and closing as you try to tell your lungs to work. I place my hand on your chest and feel your heart beating so fast you almost can’t distinguish individual beats. Your chest is on fire, your heart is racing and none of it is working. You mind gets foggy as the lack of oxygen keeps it from processing anything properly. You feel your heart skip a beat, and then another and something gives, the heart muscle tearing a rush of blood oozes out of your open chest cavity. Your mouth stops moving, and your body finally stills and I know you are finally gone. I stand, turn and begin walking away from your dead body. I know that the critters of the cavern, rats mostly, will clean up your mess. I go through what I just saw committing it to memory so I can relive this moment over and over again. I wish I had brought a camera and so that I could catch the abduction, turned crushing death, digitally so I could replay it without relying on memory. I recall how your side exploded and your guts came rushing from your body like water from a broken water balloon. I knew the crushing took a matter of seconds, but also knew somehow that it had felt like an eternity to you, or at least I hoped it did so you could feel every little detail of that massive foot crushing your body. I recalled how it took your body so long to figure out it was dead and to just give up the ghost. I would remember this one forever… no doubt about it, even without a camera, this one was going to fuel my thoughts for a long time.

Français

Vous vous êtes enfui de la maison ce soir après que votre père vous ait hurlé dessus pour quelque chose que vous avez fait à l'école. C'était sa réaction typique pour toute votre vie, même maintenant dans votre dernière année de lycée. Il vous reprochera d’avoir fait quelque chose de mal, de ne pas réussir vos études ou de faire quelque chose que vous n’êtes pas censé faire. Même si vous étiez typiquement une fille modèle, il ne pourrait jamais sembler être fier de vous. Au moins, c’est ainsi que cela vous a paru. Vous avez donc quitté la maison en courant et couru dans les bois de votre arrière-cour. Vous avez couru à l'aveuglette et vous êtes perdu. Tu étais froid, effrayé et fatigué, mais tu avais trouvé un chemin que tu suivais, espérant que cela te mènerait quelque part. Vous ne saviez pas qu'il y avait des cavernes ici, mais en dessous de vous se trouvait l'un des nombreux passages et cavernes sous les bois. Il se faisait tard et vous commenciez à vous demander si le chemin qui vous mènerait à un endroit qui vous ramènerait à la maison chez votre père vous ferait des excuses pour vous être enfui. Vous regardez un instant par-dessus votre épaule et ne voyez pas la pente au bord du chemin. Votre pied glisse sous vous et vous faites le grand écart et criez de douleur lorsque votre chatte touche le sol. Votre corps avance en avant et vous glissez le long du remblai. Vous voyez le fourré de ronces juste avant de les frapper, levant les bras pour protéger votre visage. En glissant plus rapidement sur la pente, vos bras se coupent lorsque les épines déchirent vos vêtements, vos bras et vos cuisses.Vous vous sentez tomber, puis atterrir avec un bruit sourd qui vous coupe le souffle. Vous avez du mal à reprendre votre souffle pendant quelques secondes avant de maîtriser votre respiration. Vous faites le point et réalisez que vos vêtements sont déchirés, le haut de votre chemise à peine collé à vos épaules et le reste déchiré. Vous avez mal aux cuisses lorsque vous passez vos mains sur la myriade de coupures et d’éraflures. Ton pantalon est déchiré, tes jambes sont parties. Vous levez les yeux et vous voyez les deux jambes du pantalon accrochées sur des ronces au-dessus de vous. Vous restez debout avec précaution et sentez ce qui reste de votre pantalon tomber sur le sol avec les lambeaux de votre culotte. Vous restez là pratiquement nue, sauf vos petits keds qui collent à vos pieds mais à peine. Vous faites un pas et sortez de vos chaussures alors que les hauts s'effondrent. Vous sentez la saleté dure et froide sous votre pied alors que vous soupirez de résignation face à votre situation. Vous enlevez l’autre chaussure, car vous avez l’impression bizarre de marcher avec une chaussure et une manquante. Votre pincer vos orteils et sentir la saleté avec eux. Vous regardez finalement en essayant de comprendre où vous êtes. Le tunnel est long et sombre, humide et encore plus froid que le bois ci-dessus. Il faisait très sombre et on ne pouvait voir que quelques pieds dans les deux sens. Effrayé et épuisé, vous avez choisi une direction et espéré que vous alliez dans la bonne direction. À un moment donné, le sol s'est ramolli et est devenu boueux.La boue a serré entre vos orteils à chaque pas et finalement lorsque vous avez soulevé votre pied, la boue s'est coincée entre vos orteils pour être expulsée à chaque pas. Vous marchez pour ce que vous ressentez éternellement et vous êtes sur le point de faire demi-tour, essayez dans l'autre sens lorsque vous voyez la lumière… En vous approchant, vous réalisez que cela brille dans les yeux d'un monstre. Vous vous retournez et essayez de revenir en arrière par votre chemin et vous criez lorsque vous voyez les yeux d'un autre monstre se fermer. J'étais venu pour vous «aider» et mes animaux de compagnie à vous coincer dans cette section boueuse du tunnel. Vous étiez pris au piège et vous le saviez, mais vous vouliez vous échapper. Les lumières t'avaient effrayé et tu ne voyais pas à quel point elles étaient grandes. Vous avez vu l'espace entre l'une de leurs jambes et vous vous êtes dirigé vers lui. Vous avez esquivé pour essayer de vous mettre sous la chose et avez glissé la tête la première dans la boue. Vous avez glissé de quelques pieds et noté le changement de lumière, ou plus précisément le manque de lumière, et saviez que vous étiez sous la chose. Vous avez entendu la boue couler dans la boue alors qu'elle commençait à bouger pour essayer de vous garder devant elle et vous vous êtes retourné, votre corps en développement couvert de boue. Dès que tu as été sur le dos, tu as vu son pied descendre vers toi. Vous saviez que ça allait marcher sur vous et vous avez crié. C'était un cri primordial qui a été la musique à mes oreilles. Je savais ce qui allait arriver et je pouvais l'arrêter, mais je m'étais toujours demandé ce qui arriverait s'ils piétinaient quelqu'un. Vous regardez comme le temps ralentit à une exploration absolue.Ton corps est vivant de peur et d'adrénaline. Votre corps a réagi d'une manière que vous ne pouviez pas comprendre, la peur durcissant vos mamelons. Vous avez été gêné par la réaction qui ne comprenait pas du tout ce qui se passait. Vous veniez tout juste de commencer à découvrir votre corps et vous saviez que cela deviendrait difficile quand vous vous sentiriez bien, mais cela ne se sentait pas bien, alors pourquoi cela se produisait-il? Le centre du pied du monstre est entré en contact avec votre corps, juste au V des lèvres de votre chatte, et s'est enfoncé. Avec le temps qui bouge lentement, vous le sentez presser contre votre clitoris et vous ressentez une vague de plaisir. Le plaisir n'a duré qu'un instant, mais cet instant s'est battu avec votre esprit dans un moment de confusion et d'incrédulité totale. C'était comme si tu jouais avec ça la nuit, mais tu ne jouais pas avec ça, tes mains tremblaient pour essayer de pousser le pied loin de toi mais là ça ne servait à rien, le plaisir brûlait entre tes jambes alors que tu sentais le reste du corps. le pied se répand sur le bas de votre corps. L’énormité de cette sensation vous a vite frappé lorsque vous avez senti les bords du talon rond comme un pied juste au-dessus de vos genoux et presque jusqu’à votre nombril. Au fur et à mesure que le pied descendait, on a l'impression que quelqu'un frappe en même temps votre clitoris et le reste de votre bas-ventre. Quelque chose à ce sujet était étrangement bon jusqu'à ce que le poids commence à vous presser dans la boue et que votre ventre soit pressé de plus en plus fort.Vous avez senti vos entrailles s'éloigner du pied et le plaisir dans votre tête s'est transformé en douleur, comme si quelqu'un pressait de plus en plus fort dans votre clitoris. Votre peau s'est enfoncée plus loin sous le poids massif du monstre. Vous avez recommencé à crier en ressentant une douleur que vous n'aviez jamais connue. Ton clitoris était en train de s'écraser et était au centre de ta douleur, mais ton ventre commençait aussi à se plaindre du poids. Vos intestins étaient enfoncés dans votre cavité thoracique, ce qui rendait la respiration difficile. Votre cri s'est légèrement atténué, car il était plus difficile de faire entrer de l'air dans vos poumons et de le repousser. Quelques instants plus tard, vos os de la hanche ont également senti le poids. Cela a eu la bénédiction momentanée de retirer une partie de la force écrasante de votre clitoris alors qu'elle se propageait à d'autres parties de votre corps, mais le sursis était temporaire. Le poids a augmenté sur vos hanches et maintenant vos os de jambe. Le poids a augmenté jusqu'à ce que vous puissiez à nouveau ressentir la force écrasante du pied sur votre clitoris et redonner vie à vos cris. La boue glissait sur vos côtés alors que le poids vous poussait plus profondément dans la boue. Vous sentez la boue monter entre vos fesses et votre entrejambe tandis que vous continuez de vous enfoncer plus profondément dans la boue sous vous. Vos hanches sont maintenant en feu alors que le pied continue d’écraser votre corps. Le pied se tord légèrement lorsque le monstre déplace son poids, pénétrant dans votre clitoris et vos hanches. La pression continue à augmenter et vos cris sont crus et primaux.Vous sentez votre ventre se serrer encore plus, poussant vos organes et vos intestins plus loin dans votre corps, encombrant encore plus vos poumons. Vous sentez vos hanches se fissurer et des fragments d'os se détacher du muscle déchirant votre bassin lorsque vos hanches commencent à se rompre sous le poids. Vous sentez que vos tripes vont se libérer de vos côtés car ils n'ont nulle part où aller, votre cri est silencieux car vous ne pouvez pas respirer, à cause de la pression exercée sur votre ventre. Vos hanches craquent à nouveau, puis échouent. Ce qui prend une fraction de seconde ressemble à une éternité lorsque vos hanches cèdent, craquant et écrasant sous le poids du monstre. Vous sentez des muscles se déchirer lorsque l'os cassé le traverse, provoquant une douleur blanche et brûlante à travers vos hanches. Vos yeux s'agrandissent à mesure que la pression dans votre ventre décuple. Vous sentez le pied vous pénétrer encore plus loin, ce qui provoque le broyage des fragments d'os les uns contre les autres. Votre clitoris a une pression constante, comme si quelqu'un garait un camion dessus. Vos hanches perforent hors de votre côté et, avec toute la pression derrière, elles vous déchirent jusqu'aux côtes, vos organes internes sortant de votre corps. Vous haletez lorsque la pression s'échappe de vos poumons. Vos cris se renouvellent, un cri primal né d'une douleur que personne ne devrait jamais ressentir et pourtant vous le ressentez. Vous sentez que les os de vos jambes commencent à se fissurer sous le poids, maintenant que vos hanches et votre bassin sont écartés. Vous sentez toujours le poids incroyable sur votre clitoris alors que tout autour de lui est écrasé.Vous pouvez sentir vos tripes couler sur la déchirure de votre côté lorsque le poids du pied pousse encore plus votre intérieur vers l'extérieur de votre corps. Enfin, vous sentez le haut de votre ventre appuyer contre votre dos et vos hanches commencent à se mélanger davantage, déchirant de plus en plus de tissu musculaire. Votre pression sur votre clitoris des deux côtés maintenant que le pied continue à appuyer dessus et trouve des os et autres tissus en dessous. Votre cri devient viscéral lorsque vous sentez le petit groupe nerveux se faire écraser sous le pied massif. Des fragments d'os transpercent votre clitoris à plusieurs endroits, provoquant la plus grande douleur à travers votre corps. La douleur double alors que le groupe nerveux est finalement écrasé à plat et déchiré en rubans par les fragments d'os et les forces d'écrasement. Il n’ya pas d’os dans votre abdomen qui soit plus qu’une simple pâte lorsque le pied finit par écraser dans la boue de chaque côté de votre corps. Tout sous le pied est compressé et broyé par le poids du monstre. Du sang, des intestins et de la chair s'échappent sous le pied alors que le poids semble sceller toutes les plaies ouvertes situées sous le pied. L'adrénaline et la douleur extrême se mélangent pour vous garder éveillé et pouvoir tout ressentir. Vous entendez ma voix mais votre cerveau est tellement surchargé de douleur que vous ne comprenez pas un mot car je dis à mes animaux de compagnie de partir. Le monstre au-dessus de vous lève son pied et s'éloigne.Lorsque le pied quitte votre corps, vous ne ressentez aucun soulagement. Les dégâts sont maintenant évités. Même si vous ne sentez plus son poids écrasant, il n’ya aucun soulagement pour la douleur qui existe déjà. Vous ne pouvez pas comprendre pourquoi vous êtes encore éveillé, mais vous criez en espérant que la mort viendra vous prendre et mettre fin miséricordieusement à vos souffrances. Je m'approche et regarde le désordre qui était autrefois une très jolie jeune fille et, alors que ton visage est toujours aussi joli, ta chatte, tes hanches, ton ventre et même tes jambes ne sont qu'une masse de tissus ensanglantés. Je suis surpris que vous ayez survécu à cela moi-même, mais j'apprécie le son de vos cris quand je plie les genoux et que je tends la main pour toucher votre poitrine presque toujours vierge. La peau de votre ventre a déchiré vos côtes, laissant un bord déchiqueté le long de vos côtes inférieures. Vos seins sous-développés ne sont pas touchés et je les caresse doucement, comme pour calmer votre douleur. C'est juste une autre sensation, et si faible que cela enregistre à peine dans votre cerveau lorsque je passe ma main sur la partie intacte de la partie supérieure de votre corps. Vous êtes allongé dans une piscine de votre propre sang et de vos propres tripes, un désordre, un cadavre qui n'a pas le sens de le savoir. Vous voyez mon visage passer devant vos yeux alors que je regarde dans vos yeux remplis de douleur. Je peux voir la vie s'effacer lentement de tes jolis yeux verts et regarder la boue mélangée à tes jolis cheveux roux.Vous criez de douleur, vous souffriez énormément et je ferme les yeux un instant pour me délecter du son de la pure agonie. J'ouvre les yeux et je te regarde avec une telle satisfaction de la douleur ressentie. J'avais des projets pour ce que je voulais te faire ce soir, mais aucun d'entre eux n'était aussi horrible et aussi horrible. Aucun n'aurait tenu une bougie à cette expérience. D'une certaine manière, mon animal de compagnie maladroit m'avait offert le cadeau parfait. Maintenant, je m'accroupis et regarde l'expression douloureuse sur ton visage. Vous sentez la brise dans le couloir s'enrouler autour de votre corps nu et remonter dans votre cavité thoracique. La sensation d'air à l'extérieur de vos poumons, mais à l'intérieur de votre poitrine, est une sensation de refroidissement étrange qui semble atténuer quelque peu la douleur, mais une nouvelle sensation de brûlure prend sa place lorsque la brise meurt. Je descends et attrape le côté de ton ventre où il éclate sous la pression et le tire pour l'ouvrir pour révéler plus de tes tripes écrasés sous le poids. Je vois votre colonne vertébrale plonger dans une impression, votre peau repliée sur elle-même alors que la boue se formait autour de votre colonne sous le poids. La bonne nouvelle pour moi est que la boue a efficacement protégé votre colonne vertébrale et votre colonne vertébrale. L'air sur vos entrailles exposées toujours attaché à votre corps brûle. Vos pieds sont secoués et crispés, mais vos hanches sont tellement écrasées qu’il est provoqué par des signaux parasites dans les nerfs endommagés au-delà de la fonction. Je commence à cueillir vos hanches à la recherche de différentes parties de votre corps que je pourrais peut-être identifier.Je sors des fragments d'os et de tissus du désordre… de la peau attachée à divers groupes musculaires qui ressemblent à quelqu'un qui les frappe avec un maillet d'attendrissement. Les terminaisons nerveuses sont toujours là et chaque morceau de chair et de sang que je prends envoie de nouvelles vagues de douleur au cerveau. Vos bras commencent à s'affaisser lorsque votre cerveau commence à surcharger les sensations. Vous me sentez en train de parcourir votre région pelvienne et partout où je vous touche et tire des fragments de votre corps, vous ressentez une nouvelle douleur lancinante et votre cri se renouvelle. Vous me sentez tirer un morceau de peau qui était votre mone loin de votre corps et vous voyez la peau voler au-dessus de vous pendant que je le jette sur votre tête. Je trouve votre clitoris ravagé qui est toujours en feu et commence à le fourrer. Plus de douleur traverse votre esprit et vous êtes presque perdu. Votre monde n’est que douleur, vos yeux sont fermés et votre cerveau refuse de traiter tout autre signal. Vous savez que vous êtes en train de crier, vous pouvez sentir votre gorge nue, mais vous ne pouvez pas l’entendre. Vous respirez si rapidement par la bouche que vous pouvez continuer à crier, vous ne pouvez pas sentir l’odeur cuivreuse de votre sang ou celle de vos intestins. Je serre ton clitoris comme pour le prendre, mais il est tellement déchiré que je ne me dérange pas de jouer avec et de le fourrer en appréciant la musique que je crée. Votre voix commence à devenir rauque mais vos cris sont si puissants que cela prend juste un peu de force.C’est trop amusant d’arrêter de jouer avec le groupe nerveux qui, j’étais sûr, aurait été coupé, mais ce n’est clairement pas le cas. Je le pince et le pousse, pique et pousse le nœud qui n'est plus protégé par une cagoule ou par toute autre partie de ton corps qui se distingue. Je m'émerveille de ce que vous pouvez clairement ressentir ce que je fais malgré les dommages subis par votre corps. Même le fait que vous soyez encore éveillé est impressionnant. Alors que votre cri devient de plus en plus enroué, j'arrête finalement de jouer avec votre clitoris et je reviens à genoux au dessus de votre tête. Je caresse ta joue doucement pour te calmer, comme si tu allais aller mieux. Je baisse les yeux sur vos jambes et constate que vos pieds tremblent encore, car les nerfs proches du dommage semblent déclencher de plus en plus de faux signaux. Je regarde tes yeux rouler à l'arrière de ta tête et le haut de ton corps commencer à se convulser. Votre esprit est sur le point d'abandonner et d'abandonner la vie, mais il semble se battre pour un dernier moment de survie. La douleur s'estompe lorsque votre système s'arrête. Une autre pointe de douleur perce le brouillard lorsque votre corps commence à convulser et que le tissu brut est aggravé par le mouvement. Vous sentez le spasme de vos poumons et l'air s'échappe de vos poumons et votre cœur bat plus fort. Votre poitrine est en feu alors que votre cœur commence à s’éteindre, vos poumons brûlent d’un besoin désespéré en oxygène. Vous voudrez abandonner et il ne fera tout simplement pas ce que vous demandez. Vous voulez juste que tout se termine, pourquoi ne peut-il pas tout simplement se terminer.Vos convulsions ralentissent et je regarde votre poitrine se détendre et un râle sortir de vos poumons. Pendant quelques instants, votre corps essaie de respirer, mais vos poumons ne fonctionnent plus et vous ressemblez à un poisson hors de l'eau. Votre bouche s'ouvre et se ferme lorsque vous essayez de dire à vos poumons de fonctionner. Je pose ma main sur votre poitrine et je sens votre cœur battre si vite que vous ne pouvez presque pas distinguer les battements individuels. Votre poitrine est en feu, votre cœur bat la chamade et rien ne fonctionne. Votre esprit devient brumeux car le manque d'oxygène l'empêche de traiter correctement quoi que ce soit. Vous sentez votre cœur sauter un battement, puis un autre et quelque chose donne, le muscle cardiaque déchirant une ruée de sang suinte de votre cavité thoracique ouverte. Votre bouche cesse de bouger et votre corps reste enfin immobile et je sais que vous êtes enfin parti. Je me lève, me retourne et commence à m'éloigner de ton corps mort. Je sais que les bestioles de la caverne, surtout les rats, vont nettoyer vos dégâts. Je passe en revue ce que je viens de voir en le mémorisant afin de pouvoir revivre ce moment encore et encore. J'aurais aimé avoir un appareil photo et pouvoir capturer l'enlèvement, me transformer en une mort écrasante, numériquement pour pouvoir le rejouer sans me fier à la mémoire. Je me souviens comment votre côté a explosé et que vos entrailles sont sorties de votre corps comme de l'eau provenant d'un ballon d'eau brisé.Je savais que l'écrasement prenait quelques secondes, mais je savais aussi que cela vous avait semblé une éternité, ou du moins, j'espérais que ce serait le cas, de sorte que vous puissiez sentir chaque petit détail de cet énorme pied écraser votre corps. Je me suis rappelé que votre corps avait mis si longtemps à comprendre qu'il était mort et à abandonner le fantôme. Je me souviendrais de celui-ci pour toujours… sans aucun doute, même sans appareil photo, celui-ci allait alimenter mes pensées pendant longtemps.

Conditions d’utilisation

Assurez-vous de respecter les règles d'écriture et la langue des textes que vous traduirez. Les utilisateurs doivent garder à l’esprit lors de l’utilisation du système de dictionnaires TraductionAnglais.fr que les mots et les textes utilisés lors de la traduction sont stockés dans la base de données et partagés avec les autres utilisateurs dans le contenu du site Web. Pour cette raison, nous vous demandons de faire attention à ce sujet dans le processus de traduction. Si vous ne souhaitez pas que vos traductions soient publiées dans le contenu du site Web, veuillez contacter →"Contact" par courrier électronique. Dès que les textes pertinents seront supprimés du contenu du site.


Règles de confidentialité

Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages. Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web. Les utilisateurs peuvent choisir de désactiver la publicité personnalisée dans les Paramètres des annonces. Vous pouvez également suggérer à vos visiteurs de désactiver les cookies d'un fournisseur tiers relatifs à la publicité personnalisée en consultant le site www.aboutads.info.