Anglais

It may also help us understand what is happening right now, in the first phase of the Lock Step scenario. It portrays in vivid colors the criminal nature of the Dark Deep State. Never mind the stock market crash – that’s a speculator’s syndrome, rich people’s risks, as the stock market is a western invention to play with capital and capital gains to the detriment of the workers, whose lives depend on working that capital. They are the first ones to go, when Big Money calls for a merger – or a bankruptcy. Now the almost universal and justified by NOTHING quarantine, total lockdown of every business, small or big – restaurants, construction, tourism, little and big hardware stores, bakeries, air lines, transport – interrupted supply chains – factories, food processing – and it goes on and on. In the Global North some up to 90% of business transactions are emanating from small and medium size enterprises (SME). Almost all of them are closed now. Two thirds or more of them may never open again. Employees and workers are laid off, or are reduced to part-time work, meaning part-time pay – but still need to sustain their families. Poverty and desperation set in and becomes rampant. No future in sight. Suicide rates will rise – see Greece in the 2008 / 2009 crisis – and up to ten years later – broken families, foreclosures, families expulsed from rental apartments because they can no longer pay their rents. Street begging becomes normal, except there is nobody left to spare a dime. In Europe at least a third to maybe 50% or more of the work force – depending on the country and structure of the labor force – is expected to be unemployed or will be reduced to part time work. And that’s only the beginning. In the US official unemployment figures are as of this writing in excess of 23 million – and are expected, by predictions of the FED, Goldman Sachs, Bloomberg -to reach between 32% and 40% in the next quarter. Bankruptcies may spin out of control. The IMF predicts for 2020 a worldwide economic contraction of a mere 3% – and a small growth rate in the latter part of 2021. How utterly ridiculous! – What planet are these people on? Whom are they trying to fool, and why? Perhaps to encourage countries to borrow huge amounts of foreign exchange from these predatory Bretton Woods institutions, IMF and World Bank – to get deeply into debt, thinking with IMF predictions they will be fine? – Further enslavement by deceit? This is the Global North – which has some kind of social safety nets, whatever flimsy they may be – there is a sliver of hope for relief. Another sliver of hope is built on the premises that mankind will be constantly creating – working ingeniously inventing -moving forward flowing like a river towards new horizons, creating new dynamics, new jobs… yes, that’s what mankind can do – and in our comfort we have forgotten this virtue – an essential virtue for survival – survival of the corona crisis. The Global South – or developing countries – presents a grimmer story. Under normal circumstances a third to half of the economy is informal, meaning not tight to any norm of formal or legal organization. They are short-term workers, daily, hourly laborers – living from hand-to-mouth, no savings, no safety nets- and in most cases no health coverage. They are left to the whims of the “market”, literally. Now the market collapsed. There is nothing left. No work, no income, no money to pay for food, rent, medication – and the government orders them, the deprived poverty-stricken, to stay ‘home’ – ‘lockdown’ in quarantine – to protect themselves from a virus, an imposed virus that nobody sees, but the government and the media make sure you are aware – and SCARED – of its dangers, you never know whether true or false. Confinement at ”home”? – Where is home? Home is gone. No money to pay rent. Keep social distance – don’t get together. Stay apart. The infection could spread. Fear is of the essence. Take a city like Lima, Peru. Peru’s total population about 30 million. Lima, about eleven million – of which some 3 to 4 million live on the margins or below – in shantytowns, or worse. Daily, or hourly laborers. They live sometimes hours away from their work place. Now, there is no workplace anymore. They have no money to pay for food, transport or rent – landlords put them in streets, expel them from their properties. How can they stay in confinement? How can they take care of themselves by quarantine – lockdown – having no shelter, no food – desperately looking to earn just enough money to survive another day – and perhaps to share with their families? They can’t. Lockdown-protection (sic-sic) is only for the rich. The poor they starve with kids and families – and quite possibly with the corona disease. They live within the circles of poverty and misery, where there is nothing to spare. Nobody has anything. Not even in solidarity. There simply is nothing. Total deprivation, caused by a total economic standstill – forced upon the world and especially the poor by evil men – and perhaps also evil women. These 3 to 4 or 5 million people, they all have come at one point or another from the rural provinces, for which the government does nothing, or not enough to keep them there. So, in search of a better life, they abandon their ‘çhacras’ (little plots of land) and move to the Big City – to paradise – where they are relegated to live in more misery than in their provincial meagre settlements. They endure – always with hope. Now this – the man-made corona crisis – has made life even worse, much worse for them. There are none or far from enough government handouts – or they come too late or get lost in corruption. In solidarity they assemble. They need to get back to their provincial origins, to their çhacras, to their families – where they will get shelter and food, where they again may feel “home” and loved or at least welcome. A dictatorial military style government prevents them from leaving – for security reasons, of course – they may infect other people, — the farse continues. And nobody says peep. Nobody dares, for fear of being locked away. Police brutality – sticks, tear gas – repression – back to no shelter – no food. Until the central almighty government decides to “organize” repatriation – by buses, but there is not enough capacity, nor organization – chaos emerges – and the lot gets worse – and how much worse can it get? Famine will strike, will make them weaker and weaker, more prone to diseases and to die – not fromCOVID19, but from famine. But as statistics go, MUST go, by orders of the Masters, such deaths will automatically be attributed to the corona pandemic. Naturally. It’s done elsewhere, in the Global North. Why not in the Global South? Lima is just a case in point – Its representative probably for most of Latin America, except for Venezuela, Nicaragua and Cuba – where, in the midst of misery, there is still a sense of solidarity uniting the people – where the government stands with the people, yet, where people are more severely suffering, because of western sanctions – they are literally being murdered by western sanctions – foremost the US of A. A genocidal nation. The New York Times (22 April 2020) reports, ‘Instead of Coronavirus, the Hunger Will Kill Us.’ A Global Food Crisis Looms. The world has never faced a hunger emergency like this, experts say. It could double the number of people facing acute hunger to 265 million by the end of this year. Also, by the NYT – “In Kibera, the largest slum in Nairobi, Kenya, residents already live in extreme poverty. Desperate to eat set off a stampede during a recent giveaway of flour and cooking oil, leaving scores injured and two people dead.” “In India, thousands of workers are lining up twice a day for bread and fried vegetables to keep hunger at bay.” “And across Colombia, poor households are hanging red clothing and flags from their windows and balconies as a sign that they are hungry.” This reminds of the infamous Kissinger quote of the 1970s on famine, “Who controls the food supply controls the people – the quote goes on saying, “Who controls the energy can control whole continents; who controls money can control the world.” Kissinger, like the Gates, the Rockefellers are “well meaning”: They have never made a secret of their desire to reduce the world population in a format that reminds one of eugenics, by “eradicating poverty”, for example through vaccination – starting in Africa. Gates has recently suggested that he would try out his new corona vaccine in Africa – to which even his buddy, Dr. Tedros, the WHO Director General, protested. The coronavirus pandemic has brought poverty and famine to millions of people around the world. And there is no end in sight. To the contrary, it would seem that almost all governments are coopted or tacitly coerced into adhering to the “guidelines”. It is both diabolical as well as beyond comprehension. Why? The “global elites” really believe that they are contributing to the future and well-being of humanity. Yet their actions have resulted in abject misery, unemployment and despair. Without such coercive measures it could hardly be explained why almost all governments of the planet submit to this horrendous social and economic agenda – and lie, lie, abject lie – to their people. The very people they are supposed to protect against unemployment, famine and despair. Under “normal” circumstances of our globe’s predatory inequality, some 9 million people die annually from hunger and famine-related diseases. This figure may now shoot up exponentially. Maybe into the tens of millions, or more. Famine and death by famine could be further affected by artificially caused food shortages, or by droughts or floods – resulting from purposefully man-made climate change – not through the ludicrously touted CO2-caused temperature rise – but by the advanced US Air Force HAARP system (HAARP = High Frequency Active Auroral Research Program). “During the Vietnam war, cloud-seeding techniques were used, starting in 1967 under Project Popeye, the objective of which was to prolong the monsoon season and block enemy supply routes along the Ho Chi Minh Trail”. Today the HAARP system has been perfected and weaponized. According to US Air Force document AF 2025 Final Report, weather modification (for military use): “offers the war fighter a wide range of possible options to defeat or coerce an adversary … ‘Weather modification will become a part of domestic and international security and could be done unilaterally… It could have offensive and defensive applications and even be used for deterrence purposes. The ability to generate precipitation, fog and storms on earth or to modify space weather… and the production of artificial weather all are a part of an integrated set of [military] technologies.” Under the proposed Gates Foundation forced vaccination program – those who refuse vaccination, may, for example, not be able to travel. The abject misery that is purposefully imposed upon mankind becomes ever more visible. Aside from wiping out people’s and business’ assets, it’s poverty and famine… There is today no Nuremberg-type Tribunal, honest, ethical and powerful enough to hold the global elites accountable and bring them to justice. We the people have to take the reign in this ongoing paradigm shift. We the people, have to get out of this atrocious lockdown. Not confrontational, but with wisdom and savvy. Letting the enemy’s ferocious forces strengthen our weakness – and make us overcome. A good General doesn’t like aggression A good warrior doesn’t know hate If you want to conquer your enemy, don’t confront him. Put yourself below him This is called the power of not-fighting This is using the ability of men This is called since ancient times, to be in harmony with heaven, And it is the greatest power there is (Tao 68) Peter Koenig is an economist and geopolitical analyst. He is also a water resources and environmental specialist. He worked for over 30 years with the World Bank and the World Health Organization around the world in the fields of environment and water. He lectures at universities in the US, Europe and South America. He writes regularly for Global Research; ICH; RT; Sputnik; PressTV; The 21st Century; Greanville Post; Defend Democracy Press, TeleSUR; The Saker Blog, the New Eastern Outlook (NEO); and other internet sites. He is the author of Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed – fiction based on facts and on 30 years of World Bank experience around the globe. He is also a co-author of The World Order and Revolution! – Essays from the Resistance. He is a Research Associate of the Centre for Research on Globalization. Featured image: A woman wearing face mask walks in Damascus, Syria, March 24, 2020. | Photo: EFE Please follow and like us: error fb-share-icon Tweet fb-share-icon views: 5,398 5G, complete control, depopulation, digital banking, Global Research, innoculation, Peter Koenig, universal lockdown

Français

Cela peut également nous aider à comprendre ce qui se passe actuellement, dans la première phase du scénario Lock Step. Il dépeint dans des couleurs vives la nature criminelle du Dark Deep State. Peu importe le krach boursier - c’est le syndrome du spéculateur, les risques des riches, car le marché boursier est une invention occidentale pour jouer avec le capital et les gains en capital au détriment des travailleurs, dont la vie dépend du roulement de ce capital. Ce sont les premiers à partir, lorsque Big Money appelle à une fusion - ou à une faillite. Maintenant, la quarantaine presque universelle et justifiée par RIEN, le verrouillage total de toutes les entreprises, petites ou grandes - restaurants, construction, tourisme, petites et grandes quincailleries, boulangeries, compagnies aériennes, transports - chaînes d'approvisionnement interrompues - usines, transformation alimentaire - et il continue encore et encore. Dans le Nord global, jusqu'à 90% des transactions commerciales émanent de petites et moyennes entreprises (PME). Presque tous sont fermés maintenant. Deux tiers ou plus d'entre eux peuvent ne plus jamais s'ouvrir. Les employés et les travailleurs sont licenciés ou sont réduits au travail à temps partiel, c'est-à-dire à temps partiel, mais ils doivent encore subvenir aux besoins de leur famille. La pauvreté et le désespoir s'installent et deviennent endémiques. Aucun avenir en vue.Les taux de suicide vont augmenter - voir la Grèce dans la crise de 2008/2009 - et jusqu'à dix ans plus tard - familles brisées, saisies, familles expulsées d'appartements locatifs parce qu'elles ne peuvent plus payer leurs loyers. La mendicité dans la rue devient normale, sauf qu'il ne reste plus personne pour épargner un sou. En Europe, au moins un tiers à peut-être 50% ou plus de la main-d’œuvre - en fonction du pays et de la structure de la main-d’œuvre - devrait être au chômage ou réduite au travail à temps partiel. Et ce n’est que le début. Aux États-Unis, les chiffres officiels du chômage dépassent à ce jour 23 millions - et devraient, selon les prévisions de la FED, de Goldman Sachs, de Bloomberg - atteindre entre 32% et 40% au prochain trimestre. Les faillites peuvent devenir incontrôlables. Le FMI prédit pour 2020 une contraction économique mondiale d'à peine 3% - et un faible taux de croissance à la fin de 2021. Quelle ridicule! - Sur quelle planète sont ces gens? Qui essaient-ils de tromper et pourquoi? Peut-être pour encourager les pays à emprunter d'énormes quantités de devises à ces institutions prédatrices de Bretton Woods, au FMI et à la Banque mondiale - à s'endetter profondément, en pensant avec les prévisions du FMI que tout ira bien? - Asservissement supplémentaire par la tromperie?C'est le Nord global - qui a une sorte de filets de sécurité sociale, aussi fragiles soient-ils - il y a une lueur d'espoir de secours. Une autre lueur d'espoir est construite sur les prémisses que l'humanité créera constamment - travaillant ingénieusement en inventant - avancer coulant comme un fleuve vers de nouveaux horizons, créant de nouvelles dynamiques, de nouveaux emplois ... oui, c'est ce que l'humanité peut faire - et dans notre confort nous ont oublié cette vertu - une vertu essentielle pour la survie - la survie de la crise corona. Le Sud global - ou les pays en développement - présente une histoire plus sombre. Dans des circonstances normales, un tiers à la moitié de l’économie est informelle, ce qui signifie qu’elle ne respecte aucune norme d’organisation formelle ou légale. Ce sont des travailleurs à court terme, des ouvriers journaliers à l'heure - vivant de la main à la bouche, sans économies, sans filets de sécurité - et dans la plupart des cas sans couverture sanitaire. Ils sont laissés aux caprices du «marché», littéralement. Maintenant, le marché s'est effondré. Il ne reste rien.Pas de travail, pas de revenu, pas d'argent pour payer la nourriture, le loyer, les médicaments - et le gouvernement leur ordonne, à ceux qui vivent dans la pauvreté, de rester `` chez eux '' - `` enfermés '' en quarantaine - pour se protéger d'un virus, imposé virus que personne ne voit, mais le gouvernement et les médias s'assurent que vous êtes conscient - et effrayé - de ses dangers, vous ne savez jamais si c'est vrai ou faux. Confinement à «domicile»? - Où est la maison? La maison est partie. Pas d'argent pour payer le loyer. Gardez une distance sociale - ne vous réunissez pas. Restez à l'écart. L'infection pourrait se propager. La peur est essentielle. Prenez une ville comme Lima, au Pérou. La population totale du Pérou est d’environ 30 millions. Lima, environ onze millions - dont 3 à 4 millions vivent en marge ou en dessous - dans des bidonvilles, ou pire. Ouvriers journaliers ou horaires. Ils vivent parfois des heures loin de leur lieu de travail. Maintenant, il n'y a plus de lieu de travail. Ils n'ont pas d'argent pour payer la nourriture, le transport ou le loyer - les propriétaires les mettent dans la rue, les expulsent de leurs propriétés. Comment peuvent-ils rester enfermés? Comment peuvent-ils prendre soin d'eux-mêmes par la quarantaine - le verrouillage - n'ayant pas d'abri, pas de nourriture - cherchant désespérément à gagner juste assez d'argent pour survivre un autre jour - et peut-être à partager avec leurs familles? Ils ne peuvent pas.La protection de verrouillage (sic-sic) est réservée aux riches. Les pauvres, ils meurent de faim avec les enfants et les familles - et très probablement avec la maladie corona. Ils vivent dans des cercles de pauvreté et de misère, où il n'y a rien à épargner. Personne n'a rien. Pas même par solidarité. Il n'y a simplement rien. La privation totale, causée par un arrêt économique total - imposé au monde et en particulier aux pauvres par des hommes mauvais - et peut-être aussi des femmes mauvaises. Ces 3 à 4 ou 5 millions de personnes, elles sont toutes arrivées à un moment ou à un autre des provinces rurales, pour lesquelles le gouvernement ne fait rien, ou pas assez pour les y retenir. Ainsi, à la recherche d’une vie meilleure, ils abandonnent leurs «çhacras» (petites parcelles de terrain) et se déplacent vers la Grande Ville - au paradis - où ils sont relégués à vivre plus de misère que dans leurs maigres colonies de province. Ils durent - toujours avec espoir. Maintenant, cela - la crise corona artificielle - a rendu la vie encore pire, bien pire pour eux. Il n'y a pas ou pas assez d'aides gouvernementales - ou elles arrivent trop tard ou se perdent dans la corruption. En solidarité, ils se rassemblent. Ils doivent retourner à leurs origines provinciales, à leurs çhacras, à leurs familles - où ils trouveront refuge et nourriture, où ils pourront à nouveau se sentir «chez eux» et aimés ou du moins bien accueillis.Un gouvernement de style militaire dictatorial les empêche de partir - pour des raisons de sécurité, bien sûr - ils peuvent infecter d'autres personnes, - la situation continue. Et personne ne dit peep. Personne n'ose, de peur d'être enfermé. Brutalité policière - bâtons, gaz lacrymogène - répression - retour à aucun abri - pas de nourriture. Jusqu'à ce que le gouvernement central tout-puissant décide «d'organiser» le rapatriement - par bus, mais il n'y a pas assez de capacité, ni d'organisation - le chaos émerge - et la situation empire - et à quel point cela peut-il s'aggraver? La famine frappera, les rendra de plus en plus faibles, plus sujettes aux maladies et à mourir - non pas de COVID19, mais de famine. Mais au fur et à mesure que les statistiques vont, DOIVENT disparaître, sur ordre des Maîtres, ces décès seront automatiquement attribués à la pandémie corona. Naturellement. Cela se fait ailleurs, dans le Nord global. Pourquoi pas dans le Sud? Lima n'est qu'un exemple typique - son représentant probablement pour la majeure partie de l'Amérique latine, à l'exception du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba - où, au milieu de la misère, il y a encore un sentiment de solidarité qui unit le peuple - où le gouvernement se tient aux côtés de la les gens, pourtant, là où les gens souffrent le plus gravement, à cause des sanctions occidentales - ils sont littéralement assassinés par les sanctions occidentales - avant tout les États-Unis d'A.Le New York Times (22 avril 2020) rapporte: «Au lieu du coronavirus, la faim nous tuera». Une crise alimentaire mondiale se profile. Le monde n'a jamais été confronté à une urgence de la faim comme celle-ci, disent les experts. Il pourrait doubler le nombre de personnes confrontées à une faim aiguë à 265 millions d'ici la fin de cette année. Aussi, par le NYT - «À Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi, au Kenya, les habitants vivent déjà dans une extrême pauvreté.Désespéré de manger, déclenchez une bousculade lors d'un récent don de farine et d'huile de cuisson, faisant des dizaines de blessés et deux morts. «En Inde, des milliers de travailleurs font la queue deux fois par jour pour du pain et des légumes frits pour lutter contre la faim.» «Et dans toute la Colombie, les ménages pauvres accrochent des vêtements et des drapeaux rouges à leurs fenêtres et balcons pour indiquer qu'ils ont faim.» Cela rappelle la tristement célèbre citation de Kissinger des années 1970 sur la famine, «Qui contrôle l'approvisionnement alimentaire contrôle les gens - la citation continue en disant, «Qui contrôle l'énergie peut contrôler des continents entiers; qui contrôle l'argent peut contrôler le monde. » Kissinger, comme les Gates, les Rockefeller sont «bien intentionnés»: ils n'ont jamais caché leur volonté de réduire la population mondiale dans un format qui rappelle l'eugénisme, en «éradiquant la pauvreté», par exemple par la vaccination - à partir de Afrique. Gates a récemment suggéré d'essayer son nouveau vaccin corona en Afrique - contre quoi même son copain, le Dr Tedros, directeur général de l'OMS, a protesté. La pandémie de coronavirus a apporté la pauvreté et la famine à des millions de personnes dans le monde. Et il n'y a pas de fin en vue.Au contraire, il semblerait que presque tous les gouvernements soient cooptés ou tacitement contraints d'adhérer aux «lignes directrices». C'est à la fois diabolique et incompréhensible. Pourquoi? Les «élites mondiales» croient vraiment qu’elles contribuent à l’avenir et au bien-être de l’humanité. Pourtant, leurs actions ont abouti à une misère abjecte, au chômage et au désespoir. Sans ces mesures coercitives, on pourrait difficilement expliquer pourquoi presque tous les gouvernements de la planète se soumettent à cet horrible programme social et économique - et mentent, mentent, mensonges abject - à leur peuple. Les personnes mêmes qu'ils sont censées protéger contre le chômage, la famine et le désespoir. Dans des circonstances «normales» d’inégalité prédatrice de notre planète, quelque 9 millions de personnes meurent chaque année de faim et de maladies liées à la famine. Ce chiffre peut maintenant augmenter de façon exponentielle. Peut-être dans les dizaines de millions, ou plus. La famine et la mort par famine pourraient être davantage affectées par des pénuries alimentaires artificiellement causées, ou par des sécheresses ou des inondations - résultant d'un changement climatique délibérément causé par l'homme - non pas par l'augmentation ridicule de la température causée par le CO2 - mais par le système avancé HAARP de l'US Air Force. (HAARP = Programme de recherche aurorale active à haute fréquence).«Pendant la guerre du Vietnam, des techniques d'ensemencement des nuages ​​ont été utilisées, à partir de 1967 dans le cadre du projet Popeye, dont l'objectif était de prolonger la saison de la mousson et de bloquer les routes d'approvisionnement ennemies le long du sentier Ho Chi Minh». Aujourd'hui, le système HAARP a été perfectionné et militarisé. Selon le rapport final AF 2025 de l'US Air Force, modification du temps (à usage militaire): «Offre au combattant un large éventail d'options possibles pour vaincre ou contraindre un adversaire ... «La modification des conditions météorologiques deviendra une partie de la sécurité nationale et internationale et pourrait être effectuée unilatéralement… Elle pourrait avoir des applications offensives et défensives et même être utilisée à des fins de dissuasion. La capacité de générer des précipitations, du brouillard et des tempêtes sur terre ou de modifier la météo spatiale… et la production de conditions météorologiques artificielles font toutes partie d'un ensemble intégré de technologies [militaires]. Dans le cadre du programme de vaccination forcée proposé par la Fondation Gates - ceux qui refusent la vaccination peuvent, par exemple, ne pas pouvoir voyager. La misère abjecte qui est volontairement imposée à l'humanité devient de plus en plus visible. En plus d’effacer les biens des gens et des entreprises, c’est la pauvreté et la famine… Il n'y a pas aujourd'hui de tribunal de type Nuremberg, honnête, éthique et suffisamment puissant pour tenir les élites mondiales responsables et les traduire en justice.Nous, le peuple, devons prendre le contrôle de ce changement de paradigme en cours. Nous, les gens, devons sortir de cet atroce verrouillage. Pas de confrontation, mais avec sagesse et intelligence. Laisser les forces féroces de l’ennemi renforcer notre faiblesse - et nous faire vaincre. Un bon général n'aime pas l'agression Un bon guerrier ne connaît pas la haine Si vous voulez vaincre votre ennemi, ne l’affrontez pas. Mettez-vous en dessous de lui C'est ce qu'on appelle le pouvoir de ne pas se battre Ceci utilise la capacité des hommes Cela s'appelle depuis l'Antiquité, être en harmonie avec le ciel, Et c'est la plus grande puissance qui soit (Tao 68) Peter Koenig est économiste et analyste géopolitique. Il est également spécialiste des ressources en eau et de l'environnement. Il a travaillé pendant plus de 30 ans avec la Banque mondiale et l'Organisation mondiale de la santé dans le monde entier dans les domaines de l'environnement et de l'eau. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour Global Research; ICH; RT; Spoutnik; PressTV; Le 21e siècle; Greanville Post; Defend Democracy Press, TeleSUR; The Saker Blog, the New Eastern Outlook (NEO); et autres sites Internet. Il est l'auteur de Implosion - Un thriller économique sur la guerre, la destruction de l'environnement et l'avidité des entreprises - fiction basée sur des faits et sur 30 ans d'expérience de la Banque mondiale à travers le monde.Il est également co-auteur de The World Order and Revolution! - Essais de la résistance. Il est associé de recherche du Centre de recherche sur la mondialisation. Image en vedette: Une femme portant un masque facial se promène à Damas, en Syrie, le 24 mars 2020. | Photo: EFE Suivez-nous et aimez-nous: Erreur icône de partage fb Tweet icône de partage fb vues: 5,398 5G, contrôle complet, dépopulation, banque numérique, recherche mondiale, innoculation, Peter Koenig, verrouillage universel

Conditions d’utilisation

Assurez-vous de respecter les règles d'écriture et la langue des textes que vous traduirez. Les utilisateurs doivent garder à l’esprit lors de l’utilisation du système de dictionnaires TraductionAnglais.fr que les mots et les textes utilisés lors de la traduction sont stockés dans la base de données et partagés avec les autres utilisateurs dans le contenu du site Web. Pour cette raison, nous vous demandons de faire attention à ce sujet dans le processus de traduction. Si vous ne souhaitez pas que vos traductions soient publiées dans le contenu du site Web, veuillez contacter →"Contact" par courrier électronique. Dès que les textes pertinents seront supprimés du contenu du site.


Règles de confidentialité

Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages. Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web. Les utilisateurs peuvent choisir de désactiver la publicité personnalisée dans les Paramètres des annonces. Vous pouvez également suggérer à vos visiteurs de désactiver les cookies d'un fournisseur tiers relatifs à la publicité personnalisée en consultant le site www.aboutads.info.