Anglais

Tubuai in 1789 In contrast to the first, the second visit to Tubuai showed some promise of being a success: the natives were unexpectedly peaceful and friendly and the Tahitians, who soon mastered the local dialect, were able to facilitate good relations. While the pre-European political organization of Tubuai has never been adequately studied, it is now possible, from Morrison and other sources, to reconstruct the main features as they existed at the time of the Bountys visit. The island was then divided into three districts, each under its chief. (i) Toerauetoru (now Mataura)—centred on the north coast opposite the lagoon entrance—under the chief Hiterire. (ii) Natieva (now Taahuaia)—on the north-east coast—under Tahuhuatama; and (iii) Paorani (now deserted)—inland and to the east of Natieva—under Tinarou. Tahuhuatama, who was old, had apparently handed over most of his functions to his son, Taroatohoa; as had Hiterire to Tamatoa, probably for the same reason. Tamatoa's (or Hiterire's) domain was by far the largest and extended over Nahitorono (now Mahu) in the south, and possibly over the district of Tuporo (now Hanamea) on the west coast; or, in other words, the whole western half of the island. The dynasty had been founded by his great-great-grandfather, a chief on Raiatea, who had been blown there in a storm and accepted as overlord by the few people then living on the island, themselves fairly recent arrivals from Rurutu and Raivavae. Despite marriage alliances (Tinarou was married to Tahuhuatama's sister) warfare between the districts was more or less endemic until the year 1822 when Nott, the missionary, succeeded in negotiating a final peace between Tamatoa, whom he recognized as “by hereditary right, the King of the island,” and Tahuhuatama. The dynasties then appear to have united and Tamatoa IV, who was buried in the marae at Peetau, near Natieva, was also known as Tahuhuatama. In 1844 the island was governed by a Tamatoa, and his descendants continued to reign until the island became a French possession in 1880. Fort George Christian and Tamatoa were soon on terms of friendship, exchanging names and presents at a formal ceremony. Blame for the hostility shown on the first visit was put on Tinarou and his followers, who together with almost the entire population of the island had congregated at Bloody Bay when the Bounty appeared at the entrance to the lagoon: after the ship's departure they left again for their own territory. An epidemic which immediately followed the visit was ascribed to the wrath of the gods at their having attacked the vessel; a factor which no doubt helped to bring about the better reception experienced on their return from Tahiti. Unfortunately, however, the only suitable land which Christian could find for his proposed settlement was four miles to the east of the reef passage, or well within Tahuhuatama's territory. On a visit there he was warmly greeted by Taroatohoa and offered his choice of any land he desired; names were again exchanged as a token of friendship, and indeed Taroatohoa and his family never wavered in their loyalty to Christian right up to the day of his departure. But this action brought with it the enmity of Tamatoa, who promptly made an alliance with Tinarou, by which both agreed to boycott the Europeans, who for their part were willing and anxious to engage in barter. The supply of provisions was thus greatly curtailed, as Taroatohoa's district (the smallest of the three) could not supply enough to satisfy their requirements, and measures had to be taken to conserve the remaining ship's stores and the livestock brought from Tahiti. Nevertheless, Christian pressed on with his plans for settlement, and the Bounty was warped up through the shoal lagoon with some difficulty and anchored off Natieva. The land required for the proposed colony was purchased from Taroatohoa for a quantity of red feathers. Christian had fortunately brought a supply of these with him from Tahiti, as they proved to be much in demand on Tubuai, whereas no interest was shown in the axes and other iron tools which on most islands were preferred above all other goods except muskets. Indeed, it was hard to find any European article which the Tubuai people would acknowledge as better than their own; even cloth being rejected as inferior to their glazed, or varnished, tapa, which was considered to be more rain-proof. The rest of the red feathers and also some Tahiti tapa, which if not highly regarded proved at least acceptable, were divided up amongst the Europeans in the hope of stimulating trade in local produce. On July 18 work commenced ashore in earnest; parties were detailed to prepare spades, hoes and mattocks, to clear ground and plant yams, while the main body set to work on the construction of a fortress. This was to consist of walls 18 foot thick at the base, surrounded by a moat 18 foot wide by 20 foot deep crossed by a drawbridge, with four pounders at each corner and swivel guns on each side, the whole measuring an area of 100 square yards including the moat. Though it never reached these ambitious dimensions, Fort George, as it was called, must have been a formidable edifice even in its uncompleted state. Forty years later Moerenhout was shown the ruins, 31 which were still standing in 1902, when they were examined by Seale, who wrote: The fort consists of the ordinary military square of earth work thrown up to the heights of perhaps 6-7 feet. Its open side faces the sea, about 300 feet distant; the size of the fort is 125 feet by 120 feet (see diagram). It is now overgrown with trees and brush and a native house is in the open side. Christian worked as hard as anyone on this unfamiliar task, which was intended to defend the community mainly against the natives, as shown by the fact that the side facing the shore was never completed, but also from an attack by any European vessel send to find them. Meanwhile, his difficulties were increasing: it was hard, for instance, to maintain discipline, and the ship had hardly been anchored before Sumner and Quintal had to be punished for going ashore without leave, asserting that “we are now our own Masters.” Replying that he would show them who was Master, Christian promptly put them in irons at the point of a pistol. Native Relations To prevent further trouble from this cause two men were allowed to sleep ashore each night (and as many as wanted could go on Sundays). Whereupon Tinarou's women set to work to entice them into his territory, where his men proceeded to take their clothes. On July 25 a party collecting coconuts was ambushed. A few days later John Adams, clad only in a shirt, had to be rescued from Tinarou's own house. Unlike others, the girl he had followed proved a genuine friend, for she played no part in his discomfiture and indeed followed him back to the ship, fearing reprisals from her own people: one presumes this was after Jenny had left him for Isaac Martin. Despite what he probably felt to be unjustified provocation, Christian continued his policy of conciliation. Messengers were sent to Tinarou asking for the return of articles stolen and offering friendship; and it was only when these had come back rebuffed that the chief's “Household Gods” were removed and his house burnt down. On September 2 Tinarou and his followers arrived loaded with presents and suing for peace and the return of his gods. But it was all treachery; and might well have succeeded if one of the Tahitian boys had not warned Christian in time. Both Adams and Jenny speak of a further battle. According to the former this was precipitated by a rumour that the natives were to be exterminated and that the moat was being dug to bury them in, but in Jenny's version it was due to a conspiracy between one of the Tahitians and the Tubuai people to take the ship, murder the crew and divide their property: she adds that Christian's wife, who told her husband of the plot, never disclosed that one of her own countrymen was at the bottom of it. Possibly motives were mixed and both informants are in fact right; certainly Jenny was in the best position to obtain inside information from her own people. Failure of an Experiment Throughout all this excitement Tahuhuatama and his family continued to be friendly, watching the Tahitian heiva and showing their own dances in return. Even the friendly natives, however, would not allow their women to join the Europeans “tho they had no objection to their Sleeping with them at their own houses.” To the mutineers this was the final straw. The dénouement is well summed up by Morrison: [They] began to Murmer, and Insisted that Mr. Christian would head them, and bring the Weomen in to live with them by force and refused to do any more work till evry man had a Wife, and as Mr. Christians desire was to perswade rather then force them, He positively refused to have any thing to do with such an absurd demand. Three Days were Spent in debate, and having nothing to employ themselves in, they demanded more Grog this he also refused, when they broke the lock of the Spirit room and took it by force. Christian could do nothing in face of this general strike and on September 10 he was forced to call a meeting to consider future plans. After much argument, and against his strong advice, it was at length decided by 16 votes to 9 that they should “go to Tahiti and there Seperate, where they might get Weomen without force.” It was agreed that those who elected to remain on Tahiti should be given arms, ammunition and a fair share of everything on the Bounty, while Christian's party should have the ship “in a proper Condition to go to Sea, with Her Sails Tackle and furniture.” Of the 16 who voted for Tahiti not all were actuated by the same reasons: the majority were typically improvident seamen, content to enjoy today; but at least three of them, Heywood, Stewart and Morrison, who considered that they were not implicated in the mutiny and had already planned to escape from Tubuai, regarded the move as the means by which they might eventually hope to return to England. Christian's brother Edward, the distinguished jurist, gives a dramatic account of the scene in the great cabin of the Bounty when, realizing that the feeling of the meeting was against him, he made his last plea before the vote was taken: Gentlemen, I will carry you, and land you, wherever you please. I desire none to stay with me, but I have one favour to request, that you will grant me the ship, tie the foresail, and give me a few gallons of water, and leave me to run before the wind, and I shall land upon the first island the ship drives to. I have done such an act that I cannot stay at Otaheite. I will never live where I may be carried home to be a disgrace to my family. It is entirely consistent with Christian's character to suppose that he would have done just this. But he was not to be put to the test, for his loyal companion Edward Young, followed by seven of the seamen, gave their votes to him, with the promise: “We shall never leave you, Mr. Christian, go where you will.” Post-mortem It is not difficult to sense, in retrospect, that the Tubuai experiment never could have succeeded on the lines intended by Christian: a small enclave of whites subsisting as a co-operative agricultural community in the middle of a virile native society. Even if the entire body of immigrant Europeans had possessed the humanitarian views of Christian on native rights it would have been difficult enough to maintain friendly relations with the faction-ridden inhabitants of a closely populated island where every inch of the area was owned and the most suitable areas occupied. But most of the mutineers had no conception at all of native rights, and even Christian, though he would not permit the forcible abduction of the island women, had to countenance the seizure of food supplies when sufficient could not be obtained by barter. The 200 pigs which were let loose on the island would also scarcely have helped to conciliate public opinion, since they must have played havoc in the native plantations. Morrison mentions that the local priests, who had great authority, were alienated at an early stage. Not unreasonably, they: Could not bear to see such superiority as the Europeans in general usurp over those who differ from themselves, and became jealous of us with respect to their religious authority to which they saw that we not only refused to take notice of but even ridiculed, for this reason they used all the Means in their power to keep the Chiefs from making Friends, thinking perhaps that if we staid in the Island, their Consequence would be lessen'd, which in all probability would have been the Case. Conflict with the islanders was therefore inevitable, but it could probably have been postponed if Christian had not made the initial error of antagonizing Tamatoa, the most powerful chief on the island, by deliberately electing to settle in the territory of his rival. Had his explorations taken him west instead of east he might well have found suitable land for his purpose in the fertile area around Tuporo, which is largely isolated by swamps from the rest of Tubuai, where he could have lived with a minimum of contact, and consequent friction—but only for a time. Christian can hardly be blamed for the implacable antagonism of Tinarou, but the domain of this chief was situated at the other end of the island. Even the much-coveted women would presumably have arrived in due course, if the mutineers could have restrained their impatience, for the unmarried Tubuai girl had considerable freedom in bestowing her favours and it is unlikely that a sufficient number would not have come to appreciate the economic advantages of marriage with a European. The inevitable might thus have been delayed; but it could not have been prevented. It is impossible to believe that, with the prejudiced, ignorant and unruly men who comprised most of his followers, Christian could have maintained a respect for native customary rights over any long period; and in point of fact, several of his party did not want the experiment to succeed if it should militate against their chances of escape to civilization. The history of other isolated Pacific islands invaded by parties of Europeans shows us that, if they stayed for any length of time, they either provoked an open conflict and were overwhelmed by numbers, as on Nauru and Abemama, or infiltrated into the villages, where they became beachcomers often barely distinguishable in their mode of life from the natives themselves. In islands not so isolated, such as Hawaii and Tahiti, this was not, of course, the case, since the constant introduction of new blood from visiting ships and the possibility of engaging in commercial pursuits enabled the formation of more stable immigrant groups. As it was, the occupation of Tubuai did not last long enough for either of these alternatives to eventuate, but ended in failure and withdrawal after a bare three months, before the fort or a single home had been completed; and under the circumstances, this was probably the best ending that could have occurred. Christian had learned his lesson the hard way: that the only island on which he could safely make his future home must be one without any existing inhabitants. Tubuai, then, was foredoomed to be a failure; but it was a necessary one, for without the mistakes made and the experience gained there, Christian would never have appreciated the minimum requirements for successful colonization. The extent to which he made use of this experience on Pitcairn is another story, but the important point here is that without it to guide his choice the chances were decidedly against his ever even thinking of selecting that particular island, out of so many possibles, for his future home. As we shall discover from the remaining pages of this study, even with the necessary criteria now known, Pitcairn was far from being Christian's immediate or first choice. The corollary of Tubuai is thus seen to be the saga of the Bounty's four months of wandering “in search of a home.”

Français

Tubuai en 1789 Contrairement à la première, la deuxième visite à Tubuai semblait prometteuse: les autochtones étaient pacifiquement et amicaux, et les Tahitiens, qui maîtrisaient bientôt le dialecte local, étaient en mesure de faciliter de bonnes relations. Bien que l'organisation politique pré-européenne de Tubuai n'ait jamais été suffisamment étudiée, il est maintenant possible, à partir de Morrison et d'autres sources, de reconstituer les caractéristiques principales telles qu'elles existaient au moment de la visite des Bountys. L'île a ensuite été divisée en trois districts, chacun sous son chef. (i) Toerauetoru (aujourd'hui Mataura) - centré sur la côte nord en face de l'entrée de la lagune - sous le chef Hiterire. ii) Natieva (aujourd'hui Taahuaia) - sur la côte nord-est - sous Tahuhuatama; et (iii) Paorani (maintenant déserté) - à l'intérieur des terres et à l'est de Natieva - sous Tinarou. Tahuhuatama, qui était âgé, avait apparemment cédé la plupart de ses fonctions à son fils, Taroatohoa; de même qu'Hiterire à Tamatoa, probablement pour la même raison. Le domaine de Tamatoa (ou d'Hiterire) était de loin le plus vaste et s'étendait sur Nahitorono (aujourd'hui Mahu) au sud, et peut-être même sur le district de Tuporo (maintenant Hanamea) sur la côte ouest; ou, en d'autres termes, toute la moitié occidentale de l'île.La dynastie avait été fondée par son arrière-arrière-grand-père, un chef à Raiatea, qui avait été emporté par une tempête et accepté comme suzerain par les quelques personnes qui vivaient alors sur l'île, elles-mêmes arrivées assez récemment de Rurutu et de Raivavae. En dépit des alliances matrimoniales (Tinarou était marié à la soeur de Tahuhuatama), la guerre entre les districts fut plus ou moins endémique jusqu'en 1822 lorsque Nott, le missionnaire, parvint à négocier une paix définitive entre Tamatoa, qu'il reconnut comme «de droit héréditaire, le roi de l'île »et Tahuhuatama. Les dynasties semblent alors s'être unies et Tamatoa IV, qui a été enterré dans le marae de Peetau, près de Natieva, était également connu sous le nom de Tahuhuatama. En 1844, l'île était gouvernée par un Tamatoa et ses descendants continuèrent à régner jusqu'à ce que l'île devienne possession française en 1880. Fort George Christian et Tamatoa se sont rapidement liés d'amitié, échangeant noms et cadeaux lors d'une cérémonie officielle. La responsabilité de l'hostilité manifestée lors de la première visite a été imputée à Tinarou et à ses partisans, qui, avec la quasi-totalité de la population de l'île, s'étaient rassemblés à Bloody Bay lorsque le Bounty est apparu à l'entrée de la lagune: ils sont repartis après le départ du navire. pour leur propre territoire.Une épidémie qui a immédiatement suivi la visite a été attribuée à la colère des dieux qui ont attaqué le navire; un facteur qui a sans aucun doute contribué à l’amélioration de la réception à leur retour de Tahiti. Malheureusement, cependant, le seul terrain convenable que Christian puisse trouver pour la colonie proposée était à quatre milles à l'est du passage du récif, ou bien à l'intérieur du territoire de Tahuhuatama. Lors d'une visite, Taroatohoa l'accueillit chaleureusement et lui proposa le choix de la terre de son choix. Les noms ont de nouveau été échangés en gage d'amitié. En effet, Taroatohoa et sa famille n'ont jamais faibli dans leur loyauté envers Christian jusqu'au jour de son départ. Mais cette action a entraîné l'inimitié de Tamatoa, qui a rapidement formé une alliance avec Tinarou, par laquelle les deux parties ont convenu de boycotter les Européens, qui de leur côté étaient disposés et désireux de s'engager dans le troc. L'approvisionnement en provisions a donc été considérablement réduit, car le district de Taroatohoa (le plus petit des trois) ne pouvait pas approvisionner suffisamment pour satisfaire ses besoins, et des mesures devaient être prises pour conserver les stocks restants du navire et le bétail amené de Tahiti. Néanmoins, Christian poursuivit ses projets de colonisation et le Bounty se faufila avec difficulté dans la lagune des hauts-fonds, puis jeta l'ancre au large de Natieva. Les terres nécessaires à la colonie proposée ont été achetées à Taroatohoa pour une quantité de plumes rouges.Heureusement, Christian en avait apporté une quantité de Tahiti, car ils étaient très demandés à Tubuai, alors que les haches et autres outils en fer ne présentaient aucun intérêt, qui, dans la plupart des îles, étaient préférés à tous les autres biens, à l’exception des mousquets. En effet, il était difficile de trouver un article européen que les Tubuai reconnaîtraient comme meilleur que le leur; même les tissus étant rejetés comme inférieurs à leur tapa vernie ou vernie, qui était considérée comme plus résistante à la pluie. Le reste des plumes rouges ainsi que quelques tapa de Tahiti, qui, sans être considérés comme étant au moins acceptables, ont été répartis entre les Européens dans l’espoir de stimuler le commerce des produits locaux. Le 18 juillet, les travaux ont véritablement débuté à terre. Les parties étaient chargées de préparer pelles, houes et docks, de nettoyer le sol et de planter des ignames, tandis que le corps principal se préparait à la construction d'une forteresse. Celle-ci devait être constituée de murs de 18 pieds d'épaisseur à la base, entourés d'un fossé de largeur de 18 pieds de largeur sur 20 pieds de profondeur traversés par un pont-levis, avec quatre pilons à chaque angle et des canons pivotants de chaque côté, le tout mesurant une superficie de 100 verges, y compris le fossé. Bien qu'il n'ait jamais atteint ces dimensions ambitieuses, le fort George, comme on l'appelait, devait être un édifice redoutable, même dans son état incomplet.Quarante ans plus tard, on découvrit à Moerenhout les ruines 31 encore debout en 1902, examinées par Seale: Le fort est constitué du carré militaire ordinaire de travail en terre, projeté à une hauteur de peut-être 6 à 7 pieds. Son côté ouvert fait face à la mer, à environ 300 pieds de distance; la taille du fort est de 125 pieds par 120 pieds (voir le diagramme). Il est maintenant envahi par les arbres et les broussailles et une maison indigène est à l’air libre. Christian travailla aussi fort que quiconque dans cette tâche inconnue, qui visait à défendre principalement la communauté contre les indigènes, comme en témoigne le fait que le côté faisant face à la côte n’a jamais été achevé, mais également d’une attaque de tout navire européen envoyé à la recherche leur. Entre temps, ses difficultés augmentaient: il était difficile, par exemple, de maintenir la discipline, et le bateau avait à peine été ancré avant que Sumner et Quintal ne soient punis pour avoir débarqué sans permission, affirmant que «nous sommes maintenant nos propres maîtres». Répondant qu'il leur montrerait qui était le Maître, Christian les plaça rapidement dans des fers au pistolet. Relations autochtones Pour éviter de nouveaux problèmes de ce fait, deux hommes ont été autorisés à dormir à terre chaque nuit (et tous ceux qui le souhaitaient pouvaient aller le dimanche). Sur quoi les femmes de Tinarou se mirent au travail pour les attirer sur son territoire, où ses hommes procédèrent pour prendre leurs vêtements. Le 25 juillet, un groupe rassemblant des noix de coco a été pris dans une embuscade.Quelques jours plus tard, John Adams, vêtu seulement d'une chemise, a dû être sauvé de la maison de Tinarou. Contrairement à d’autres, la fille qu’il avait suivie s’était révélée être un véritable ami, car elle n’avait joué aucun rôle dans sa déconvenue et l'avait suivi jusqu'au navire, craignant des représailles de la part de son peuple: on suppose que c'était après que Jenny l'ait quitté pour Isaac Martin. Malgré ce qu'il a probablement ressenti comme une provocation injustifiée, Christian a poursuivi sa politique de conciliation. Des messagers ont été envoyés à Tinarou pour demander la restitution des articles volés et des amitiés. et ce n’est que lorsque ceux-ci sont revenus rebutés que les «dieux de la maison» du chef ont été enlevés et sa maison incendiée. Le 2 septembre, Tinarou et ses partisans sont arrivés chargés de cadeaux et réclamant la paix et le retour de ses dieux. Mais tout était trahison; et aurait très bien pu réussir si l’un des Tahitiens n’avait pas averti Christian à temps. Adams et Jenny parlent tous deux d'une nouvelle bataille. Selon le premier, cela aurait été provoqué par une rumeur voulant que les indigènes soient exterminés et que le fossé fût creusé pour les enterrer, mais selon la version de Jenny, cela était dû à un complot entre un Tahitien et le peuple Tubuai le navire, assassiner les membres de l'équipage et diviser leurs biens: elle ajoute que la femme de Christian, qui a informé le mari du complot, n'a jamais révélé qu'un de ses propres compatriotes était au fond.Les motifs ont peut-être été partagés et les deux informateurs ont en fait raison; Jenny était certainement la mieux placée pour obtenir des informations privilégiées de ses propres collaborateurs. Échec d'une expérience Au cours de toute cette émotion, Tahuhuatama et sa famille ont continué à être amicaux, observant le heiva tahitien et montrant leurs propres danses en retour. Même les indigènes amicaux, cependant, ne permettraient pas à leurs femmes de rejoindre les Européens "bien qu'ils n'aient aucune objection à ce qu'ils dorment chez eux". Pour les mutins, c’était la goutte d’eau ultime. Le dénouement est bien résumé par Morrison: [Ils] se sont mis à Murmer et ont insisté pour que M. Christian les dirige et amène les Weomen à vivre avec eux par la force. Ils ont refusé de continuer à travailler jusqu'à ce que chaque homme ait eu une épouse et, comme le souhaitait M. Christian, Perswade plutôt que de les forcer, il a catégoriquement refusé d’avoir quoi que ce soit à faire avec une demande aussi absurde. Trois jours ont été dépensés en débat et, n'ayant rien pour s'employer, ils ont exigé plus de Grog, ce qu'il a également refusé, quand ils ont cassé la serrure de la salle des esprits et l'ont prise de force. Christian ne pouvait rien faire face à cette grève générale et le 10 septembre, il fut contraint de convoquer une réunion pour examiner ses projets futurs.Après de nombreuses discussions et contre ses conseils avisés, il a finalement été décidé par 16 voix contre 9 de se rendre «à Tahiti et à Sepere, où ils pourraient se procurer des Weomen sans avoir recours à la force». Il a été convenu que ceux qui choisiraient de rester Il faudrait donner à Tahiti des armes, des munitions et une part équitable de tout ce qui se trouve dans le Bounty, tandis que le parti de Christian devrait avoir le navire «dans un état convenable pour aller en mer, avec son agrès et son mobilier». Des 16 qui ont voté pour Tahiti, pas tous étaient motivés par les mêmes raisons: la plupart étaient des marins imprévoyants, heureux de profiter de la journée; mais au moins trois d’entre eux, Heywood, Stewart et Morrison, qui estimaient ne pas être impliqués dans la mutinerie et qui avaient déjà prévu de s’échapper de Tubuai, considéraient ce déménagement comme le moyen par lequel ils pourraient éventuellement espérer rentrer en Angleterre. Le frère de Christian, Edward, le juriste distingué, donne un compte-rendu dramatique de la scène dans la grande cabine du Bounty lorsque, réalisant que le sentiment de la réunion était contre lui, il fit son dernier plaidoyer avant le vote: Messieurs, je vais vous porter et vous débarquer, où vous voudrez. Je ne souhaite à personne de rester avec moi, mais j'ai un service à vous demander de m'accorder le bateau, d'attacher la voile, et de me donner quelques litres d'eau, et de me laisser courir devant le vent, et je vais atterrir sur la première île, le bateau conduit à.J'ai fait un tel acte que je ne peux pas rester à Otaheite. Je ne vivrai jamais où je pourrais être ramené à la maison pour être une honte pour ma famille. Il est tout à fait conforme au caractère de Christian de supposer qu'il l'aurait fait. Mais il ne devait pas être mis à l'épreuve, car son fidèle compagnon Edward Young, suivi de sept marins, lui a donné son vote avec la promesse: «Nous ne vous laisserons jamais, M. Christian, allez où vous voulez . " Autopsie Rétrospectivement, il n’est pas difficile de sentir que l’expérience de Tubuai n’aurait jamais pu aboutir selon les intentions de Christian: une petite enclave de Blancs subsistant en tant que communauté agricole coopérative au milieu d’une société autochtone virile. Même si l’ensemble des Européens immigrés possédait l’opinion humanitaire des chrétiens sur les droits des autochtones, il aurait été assez difficile de maintenir des relations amicales avec les habitants de cette île très peuplée, peuplée de factions, où chaque pouce de la région appartient et où zones appropriées occupées. Mais la plupart des mutins n'avaient aucune idée des droits des peuples autochtones et même Christian, bien qu'il ne permît pas l'enlèvement forcé des femmes insulaires, devait accepter la saisie de vivres alors qu'il ne suffisait pas d'obtenir un troc suffisant.Les 200 porcs lâchés sur l'île n'auraient également guère aidé à concilier l'opinion publique, car ils ont dû faire des ravages dans les plantations indigènes. Morrison mentionne que les prêtres locaux, qui avaient une grande autorité, ont été aliénés à un stade précoce. Pas déraisonnablement, ils: Ne pouvait supporter de voir une telle supériorité que les Européens usurpaient en général sur ceux qui diffèrent d’eux-mêmes et devenaient jaloux de nous à l’égard de leur autorité religieuse à laquelle ils voyaient que non seulement nous refusions de prendre en compte, mais même que nous nous moquions de nous. raison, ils utilisèrent tous les moyens en leur pouvoir pour empêcher les chefs de se faire des amis, pensant peut-être que si nous restions dans l’île, leurs conséquences seraient réduites, ce qui aurait vraisemblablement été le cas. Le conflit avec les insulaires était donc inévitable, mais il aurait probablement pu être différé si Christian n'avait pas commis l'erreur initiale de contrarier Tamatoa, le chef le plus puissant de l'île, en choisissant délibérément de s'installer sur le territoire de son rival. Si ses explorations l'avaient conduit vers l'ouest au lieu de l'est, il aurait très bien pu trouver un terrain convenable dans la région fertile autour de Tuporo, largement isolée par les marais du reste de Tubuai, où il aurait pu vivre avec un minimum de contacts, et friction consécutive, mais seulement pour un temps.On peut difficilement blâmer Christian pour l'antagonisme implacable de Tinarou, mais le domaine de ce chef était situé à l'autre bout de l'île. Même les femmes tant convoitées seraient probablement arrivées en temps voulu, si les mutinés avaient pu retenir leur impatience, car la jeune fille Tubuai, célibataire, avait une grande liberté pour accorder ses faveurs et il est peu probable qu'un nombre suffisant de femmes aurait pu apprécier le avantages économiques du mariage avec un Européen. L'inévitable pourrait donc avoir été retardé; mais cela n'aurait pas pu être empêché. Il est impossible de croire que, avec les hommes préjugés, ignorants et indisciplinés qui composaient la plupart de ses disciples, Christian aurait pu maintenir le respect des droits coutumiers des autochtones pendant une longue période; et en fait, plusieurs membres de son parti ne souhaitaient pas que l'expérience aboutisse si elle menaçait leurs chances de s'échapper de la civilisation. L’histoire d’autres îles isolées du Pacifique envahies par des partis d’Européens nous montre que, si elles restaient longtemps, elles provoquaient un conflit ouvert et étaient submergées par les chiffres, comme à Nauru et à Abemama, ou s’infiltraient dans les villages, où ils devinrent souvent des marins à la différence de leur mode de vie des indigènes eux-mêmes.Dans les îles moins isolées, telles que Hawaii et Tahiti, tel n’était bien entendu pas le cas, car l’introduction constante de sang neuf provenant des navires de passage et la possibilité de se livrer à des activités commerciales ont permis la formation de groupes d’immigrants plus stables. Dans les faits, l’occupation de Tubuai n’a pas duré assez longtemps pour que l’une ou l’autre de ces solutions se concrétise, mais elle a abouti à un échec et au retrait après trois mois à peine, avant la construction du fort ou d’une seule maison; et dans les circonstances, c'était probablement la meilleure fin qui aurait pu se produire. Christian avait appris sa leçon à la dure: que la seule île sur laquelle il pourrait s'installer en toute sécurité devait être celle sans habitants existants. Tubuai devait donc être un échec; mais c’était nécessaire, car sans les erreurs commises et l’expérience acquise, Christian n’aurait jamais apprécié le minimum requis pour une colonisation réussie. La mesure dans laquelle il a tiré parti de cette expérience à Pitcairn est une autre histoire, mais le point important ici est que, sans cela pour guider son choix, les chances étaient bien réelles qu'il ne songe même jamais à choisir cette île en particulier, parmi tant d'autres, pour sa future maison. Comme nous le découvrirons dans les pages suivantes de cette étude, même avec les critères nécessaires maintenant connus, Pitcairn était loin d'être le premier ou le premier choix de Christian.Le corollaire de Tubuai apparaît ainsi comme la saga des quatre mois d'errance du Bounty «à la recherche d'un foyer».

Conditions d’utilisation

Assurez-vous de respecter les règles d'écriture et la langue des textes que vous traduirez. Les utilisateurs doivent garder à l’esprit lors de l’utilisation du système de dictionnaires TraductionAnglais.fr que les mots et les textes utilisés lors de la traduction sont stockés dans la base de données et partagés avec les autres utilisateurs dans le contenu du site Web. Pour cette raison, nous vous demandons de faire attention à ce sujet dans le processus de traduction. Si vous ne souhaitez pas que vos traductions soient publiées dans le contenu du site Web, veuillez contacter →"Contact" par courrier électronique. Dès que les textes pertinents seront supprimés du contenu du site.


Règles de confidentialité

Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages. Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web. Les utilisateurs peuvent choisir de désactiver la publicité personnalisée dans les Paramètres des annonces. Vous pouvez également suggérer à vos visiteurs de désactiver les cookies d'un fournisseur tiers relatifs à la publicité personnalisée en consultant le site www.aboutads.info.