publicidad

Anglais

tw// throwing up, suicide attempt, depression, bleach dear a, i miss you at school, i know you hate it there. i feel like i haven’t seen you in months. we don’t have much to talk about lately. i wonder if it’s my fault for not reaching out as much, or if this could go both ways. i hope you’re doing better, but i know you’re not. i can’t ask you how you are because i know the answer is “Bad” and i don’t have the words you want to hear to make you feel better. i used to, or maybe you just pretended that i helped so i would feel better, except i didn’t, i only worried for the next Bad Day. i worry about you a lot. i know you would hate to hear that. (writing this letter, honestly, i feel like i’m about to throw up.) i wish you would be alright. i know you’ve tried everything you can, meds, therapy, hospitals, relationships, anything you can to take your mind off the black hole that is your feelings. i feel that way too sometimes, but this isn’t about me. the day i rode with you in the ambulance to the hospital was one of the worst nights of my life, did you know? i never told you but i blamed myself some days. i didn’t cry until days later when i was home, when you couldn’t see me. i was the one who saw you first, crying, heaving, running to the sink in the late hour of the night. your mom was screaming, asking me what happened. i didn’t know any better than her. i wondered if she’d blamed me. you said your throat burned, you said you didn’t know what to do and you didn’t want to die anymore. all you wanted was to talk to him. all you wanted was to see him again. when i finally got to see you, you asked me to call him, and i was the one that told him what happened, i was the one who had to choke out the words, standing and sitting against the walls in the hall for hours because only family was allowed in your room while they were running tests. after i told him everything, he didn’t ask about me, which i understood. like i said, it wasn’t about me. i handed over the phone to you and you thanked me quietly. your voice was shaky but i could hear you through the curtain. you were the priority here. you are the priority. your parents apologized so many times. your mom drove me back to your house to sleep for a few hours before we returned for the psych tests in the morning. it was so strange, so weird to be laying in your room, without you, wondering what would happen next, if you would be alright, if i would be allowed to see you soon. i texted my parents, i knew they would freak out but i had to let them know what happened. of course, the one weekend that they were out of town, that i could not go home, even though i could tell you did not want me there, seeing you like that. you told me one thing i could never erase from my mind. you said, “i wish someone cared about me.” but when i replied, “i care about you,” you just turned your head away and said “it’s not enough.” i know i cannot “fix” your sadness, i know i cannot wash it away nor pretend it does not exist. but i know that i will still be someone you call at midnight, crying, not wanting me to reassure you but not wanting me to tell you that i’m sorry i don’t know what to say i don’t know how to make the Bad Days go away, i know i know i love you and you deserve better and if there’s anything i can do to help please i love you. in the morning, around ten, they cleared you. we all got in the car, your parents in the front seat, you and me in the back, looking out the windows with your sad, soft music on, with the words i did not understand but listened to anyway because you loved them. it was sunday. your dad asked if you had any homework left, and we drove back to your house. then your dad dropped me off, apologizing again. i always wondered how you could just brush it under the rug, pretending it never happened. it’s been a little over a year and a half since it did. i still think about it sometimes. about what would’ve happened if i had just noticed, if i had just gone downstairs with you, or told you something before you did. if i’ll ever be able to look at bleach the same way. i always hated those jokes. i hope you never see this letter. i don’t know what you might say. i’m worried this letter might be too obvious, but i don’t know if you even follow this blog. i love you so much, i care about you deeply like a sister. i picked you over boys, i picked you over him, although that’s a different story completely. i would continue to pick you even when you picked everyone but me. our group was small, but i always felt we were the closest. maybe too close, sometimes, maybe that’s why it hurt me so much to see you suffering this way, when i felt so helpless. with assignments and getting ready for college and the school play, i don’t see you much. i miss you a lot. everyday i miss you. sometimes we hang out for hours, but then i don’t see you for weeks. we haven’t had many sleepovers since then, but i’m not as wary of your house as i used to be. sometimes when you say sad things, i don’t know what to say. i wonder if you blame me for that. i’m trying not to blame myself for that. i still owe you a birthday gift, but you said it was fine. you’ve always wanted a surprise birthday party, i’m sorry we couldn’t give you that. we did celebrate together, though, and you seemed happy. you wanted to help pay for my ticket as an early birthday gift, and i refused. it wouldn’t be fair. sometimes it seems you’re doing better, and i’m glad. i haven’t been doing so well, but i don’t want to bring you down with me. when we do get to see each other, i’m happy. i’ll be happy. i hope one day when the world is not so overwhelming, we will be able to move forward. i’m so happy you’re still here, i really do mean it when i say i don’t know what i’d do without you. we’ve been through a lot, but we’re strong. love you, v

Français

tw // vomir, tentative de suicide, dépression, eau de Javel cher a Tu me manques à l'école, je sais que tu détestes ça. Je sens que je ne t'ai pas vu depuis des mois. nous n’avons pas grand chose à parler ces derniers temps. Je me demande si c’est ma faute de ne pas avoir autant sollicité, ou si cela pourrait aller dans les deux sens. J'espère que tu vas mieux, mais je sais que tu ne l'es pas. Je ne peux pas vous demander comment vous allez parce que je sais que la réponse est «mauvaise» et que je ne connais pas les mots que vous voulez entendre pour que vous vous sentiez mieux. J'avais l'habitude de, ou peut-être avez-vous simplement prétendu que j'avais aidé pour que je me sente mieux, sauf que je ne l'ai pas fait, je ne m'inquiétais que pour le prochain Bad Day. Je m'inquiète beaucoup pour toi. Je sais que tu détesterais ça. (En écrivant cette lettre, honnêtement, je sens que je vais vomir.) J'aimerais que vous alliez bien. Je sais que vous avez essayé tout ce que vous pouvez, médicaments, thérapie, hôpitaux, relations, tout ce que vous pouvez pour vous distraire du trou noir que vous vivez. Je le pense aussi parfois, mais ce n’est pas à propos de moi. Le jour où je suis allé à l'hôpital avec vous dans l'ambulance a été l'une des pires nuits de ma vie, le saviez-vous? Je ne t'ai jamais dit mais je me suis reproché quelques jours. Je n’ai pleuré que quelques jours plus tard, quand j’étais chez moi, quand on ne pouvait pas me voir. C'est moi qui t'ai vu le premier, pleurant, se soulevant, courant vers l'évier à la fin de la nuit.ta mère criait, me demandant ce qui s'était passé. Je ne connaissais pas mieux qu’elle. Je me demandais si elle me blâmait. vous avez dit que votre gorge était brûlée, vous avez dit que vous ne saviez pas quoi faire et que vous ne vouliez plus mourir. tout ce que tu voulais, c'était lui parler. tout ce que tu voulais, c'était le revoir. quand je suis enfin arrivé à te voir, tu m'as demandé de l'appeler, et c'est moi qui lui ai raconté ce qui s'est passé, c'est moi qui ai dû étouffer les mots, debout et assis contre les murs de la salle pendant des heures, seule la famille était autorisée dans votre chambre pendant les tests. après que je lui ai tout dit, il ne m'a pas demandé ce que j'ai compris. comme je l’ai dit, ça ne me concernait pas. Je t'ai remis le téléphone et tu m'as remercié doucement. ta voix était fragile mais je pouvais t'entendre à travers le rideau. vous avez été la priorité ici. vous êtes la priorité. tes parents se sont excusés tant de fois. ta mère m'a ramenée chez toi dormir quelques heures avant que nous revenions pour les tests psychologiques du matin. C'était si étrange, si bizarre de rester allongé dans votre chambre, sans vous demander ce qui se passerait ensuite, si tout irait bien, si je serais autorisé à vous voir bientôt. J'ai envoyé un texto à mes parents, je savais qu'ils paniqueraient, mais je devais leur dire ce qui s'était passé.bien sûr, le week-end où ils étaient hors de la ville, je ne pouvais pas rentrer chez moi, même si je pouvais dire que vous ne vouliez pas de moi là-bas, en vous voyant comme ça. tu m'as dit une chose que je ne pourrais jamais effacer de mon esprit. vous avez dit: "Je souhaite que quelqu'un se soucie de moi." mais quand j'ai répondu: "Je me soucie de vous", vous avez simplement tourné la tête et vous avez dit "cela ne suffit pas." Je ne peux pas le laver ni prétendre qu'il n'existe pas. mais je sais que je serai toujours quelqu'un que vous appelez à minuit, pleurant, ne voulant pas que je vous rassure mais ne voulant pas que je vous dise que je suis désolé, je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas comment faire. les mauvais jours s'en vont, je sais que je sais que je t'aime et que tu mérites mieux, et s'il y a quelque chose que je peux faire pour aider à plaire, je t'aime. le matin, vers dix heures, ils vous ont débarrassé. nous sommes tous montés dans la voiture, vos parents sur le siège avant, vous et moi à l'arrière, en regardant par la fenêtre avec votre musique douce et triste, avec les mots que je n'ai pas compris mais que j'ai écoutés parce que vous les aimiez. c'était dimanche. ton père a demandé s'il te restait des devoirs et nous sommes rentrés chez toi. ensuite, ton père m'a déposé et s'est de nouveau excusé. Je me suis toujours demandé comment on pouvait simplement passer sous le tapis, en prétendant que cela ne s'était jamais produit. cela fait un peu plus d’un an et demi depuis.J'y pense encore parfois. à propos de ce qui serait arrivé si je venais de remarquer, si je venais de descendre avec vous ou si je vous avais dit quelque chose avant vous. si jamais je pourrai regarder l'eau de Javel de la même manière. J'ai toujours détesté ces blagues. J'espère que tu ne verras jamais cette lettre. Je ne sais pas ce que vous pourriez dire. Je crains que cette lettre ne soit trop évidente, mais je ne sais pas si vous suivez même ce blog. je t'aime tellement, je tiens à toi profondément comme une sœur. Je t'ai pris au dessus des garçons, je t'ai pris au dessus de lui, bien que ce soit une histoire complètement différente. je continuerais à vous choisir même lorsque vous sélectionniez tout le monde sauf moi. notre groupe était petit, mais j'ai toujours pensé que nous étions les plus proches. peut-être trop près, parfois, peut-être que c’est la raison pour laquelle je t'ai tellement blessé de te voir souffrir de cette façon, alors que je me sentais si impuissant. avec des affectations et se préparer pour le collège et la pièce de théâtre, je ne te vois pas beaucoup. tu me manques beaucoup. Tous les jours tu me manques. parfois, nous traînons des heures, mais je ne vous vois pas avant des semaines. Nous n’avons pas beaucoup dormi depuis, mais je ne me méfie plus de votre maison. Parfois, quand tu dis des choses tristes, je ne sais pas quoi dire. Je me demande si vous me blâmez pour cela. J'essaie de ne pas m'en vouloir. Je te dois toujours un cadeau d'anniversaire, mais tu as dit que c'était bien.vous avez toujours voulu une fête d'anniversaire surprise, je suis désolé, nous ne pourrions pas vous donner cela. nous avons célébré ensemble, cependant, et vous avez semblé heureux. vous vouliez aider à payer mon billet comme cadeau d'anniversaire anticipé et j'ai refusé. ce ne serait pas juste. Parfois, on a l'impression que vous allez mieux et j'en suis heureux. Je ne me débrouille pas si bien, mais je ne veux pas vous abattre avec moi. quand on se voit, je suis heureux. je serais heureux. J'espère qu'un jour, quand le monde ne sera pas si bouleversant, nous pourrons aller de l'avant. Je suis tellement heureux que vous soyez toujours là. Je le pense vraiment quand je dis que je ne sais pas ce que je ferais sans vous. nous avons traversé beaucoup de choses, mais nous sommes forts. je t'aime, v

publicidad

Conditions d’utilisation

Assurez-vous de respecter les règles d'écriture et la langue des textes que vous traduirez. Les utilisateurs doivent garder à l’esprit lors de l’utilisation du système de dictionnaires TraductionAnglais.fr que les mots et les textes utilisés lors de la traduction sont stockés dans la base de données et partagés avec les autres utilisateurs dans le contenu du site Web. Pour cette raison, nous vous demandons de faire attention à ce sujet dans le processus de traduction. Si vous ne souhaitez pas que vos traductions soient publiées dans le contenu du site Web, veuillez contacter →"Contact" par courrier électronique. Dès que les textes pertinents seront supprimés du contenu du site.


Règles de confidentialité

Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages. Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web. Les utilisateurs peuvent choisir de désactiver la publicité personnalisée dans les Paramètres des annonces. Vous pouvez également suggérer à vos visiteurs de désactiver les cookies d'un fournisseur tiers relatifs à la publicité personnalisée en consultant le site www.aboutads.info.